Au bonheur des ogres, ou comment rire, pleurer, frissonner et tout ce qu’on veut…

Brrrr, petit séjour en Lorraine pour faire les travaux dans notre future location, mais qu’il fait froid !!! Des températures frisant le zéro, du brouillard, un ciel gris et bas. Je ne me plains pas, c’est l’hiver, c’est un bon temps pour un mois de février. Mais tout ceci ne me donne qu’une envie, lire tranquillement au coin du feu. Alors aujourd’hui je vous présente le premier tome d’une série que j’adore : Au bonheur des ogres de Daniel Pennac. Je l’ai lu déjà au moins 5 ou 6 fois (je relis beaucoup les livres qui me plaisent…) Il s’agit d’un bouquin à la croisée des genres, mi-polar, mi-comique, mi-famillial, un de mes grands tubes de lecture… Allez, je vous le résume.

Benjamin Mallaussène est le fils aîné de 6 enfants, nés tous de pères différents. Sa mère, incorrigible romantique, tombe follement amoureuse, fugue avec son nouvel amour, revient enceinte et confie à son fils aîné sa progéniture avant de repartir pour de nouvelles aventures. Tous ces demi-frères et demi-sœurs vivent dans le quartier populaire de Belleville à Paris. Roman policier PennacLa famille est pour le moins originale. Sa sœur Thérèse consulte les astres, Louna est enceinte d’un docteur et ne sait que faire de son petit locataire, son autre sœur Clara prend en photographie toute la vie qui l’entoure, Jérémy est prêt à toutes les expériences, même les plus dangereuses, et Le Petit fait des dessins qui inquiètent ses institutrices. Il a même la responsabilité d’un chien horriblement odorant qui fait parfois des crises d’épilepsie. Pour couronner le tout, Benjamin occupe un poste bien particulier : il est bouc émissaire dans un grand magasin. Lorsqu’un client menace de porter plainte suite au dysfonctionnement d’un appareil qu’il a acheté dans le Magasin, Mallaussène est appelé et se fait proprement démolir par son chef, qui lui promet renvoi, déshonneur, fin de carrière etc. Le client, désolé d’être à l’origine de telles sanctions finit par retirer sa plainte. Mallaussène fait ainsi faire de réelles économies à son employeur, tout en s’interrogeant mélancoliquement sur l’éthique d’une telle pratique (mais il faut bien nourrir tous les gamins !). Un jour, une bombe éclate au magasin et tue un client. Quelques jours plus tard une autre, et encore un peu après encore une. Benjamin a eu le malheur de passer sur les lieux des explosions peu avant les drames à chaque fois. L’étau de la police se referme peu à peu autour de lui, mais il parvient à garder toujours une certaine distance mi-cynique mi-poétique mi-désabusé (je sais, il y a trop de demi, mais que voulez-vous, ce n’est pas moi le prof de fractions de la famille).

Mon résumé ne donne aucunement la mesure de ce qu’est ce roman. Un roman ultra riche, foisonnant. On y rit, on y frissonne, on y pleure. Les personnages sont extrêmement attachants, tous avec leur caractère fortement dessiné, la famille Mallaussène est source d’une palette d’émotions très large pour le lecteur. Je ne saurais même pas dire quel personnage je préfère tellement ils sont tous aussi humains et drôles et sympathiques. L’enquête policière est très bien menée, on s’inquiète réellement de savoir comment Mallaussène va s’en sortir, l’auteur nous livre des méchants vraiment méchants, des criminels odieux. Et pourtant, au milieu de tout ça, on passe son temps à rire, à jubiler face à la verve de l’auteur, au mélange des styles (il est capable de nous faire un cours sur l’accord du participe passé puis d’enfiler un chapelet d’injures passablement argotiques, en égrenant quelques images farfelues au passage). Les situations dans lesquelles se retrouvent les héros sont bien souvent cocasses et font presque pleurer de rire. C’est un roman à lire absolument, et qui a la faculté de plaire à un très large public par la richesse des styles qui s’y mêlent. Pour l’instant, à chaque relecture, il me plaît toujours autant (d’ailleurs, à force d’en parler, j’ai envie de le rererererelire, c’est malin !), et il a beaucoup plu à mes élèves lycéens à qui je l’avais conseillé. Alors bonne lecture à vous aussi !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s