Le Lubéron en vélo-bivouac… en hiver

Il fait beau, le ciel est bleu, je vais sortir me promener et chercher l’inspiration pour la suite de mon roman dans un champ face à la montagne. Ce magnifique ciel bleu hivernal me rappelle celui que nous avions eu avec ma sœur lors d’une mémorable randonnée à vélo dans le Lubéron, au mois de février 2013. Je ne sais pas pourquoi, mais avec ma sœur, nous partons toujours en rando en plein hiver quand il fait bien froid dehors. Peut-être parce que justement c’est la saison où on ne fait pas grand-chose et que pour une fois nos emploi du temps coïncident.

chargement du vélo lors d'une randonnée

Nous sommes donc parties pour environ 5 jours de randonnée à vélo, et cinq nuits en bivouac dans le Lubéron. C’est à cette occasion que j’ai acheté mon duvet Cat’s Meow supposé descendre jusqu’à 1° environ en température confort pour les femmes. Le problème c’est que… il n’a pas fait 1° la nuit, loin de là !

Nous sommes parties de Cavaillon, avons fait toute la boucle en bleu sur la carte, plus la boucle des Ocres indiquée en orange, pour un total de 287 kilomètres. Cela nous faisait une moyenne d’un peu plus de 50 kms par jour, ce qui nous permettait de visiter quelques villages au passage, de prendre notre temps pour installer le bivouac, faire le repas à midi, faire une petite sieste (et oui, c’est quand même les vacances !). Le parcours est plutôt très bien fléché avec une couleur différente selon le sens de boucle choisi. Nous ne nous sommes perdues que deux fois, et encore pendant très peu de temps à chaque fois.

Itinéraire de la randonnée à vélo dans le Lubéron : de Cavaillon à Forcalquier aller retour

Les paysages étaient fantastiques, la végétation typiquement provençale, les villages en pierres sèches. Le mois de février est idéal pour visiter le sud, il n’y a presque personne. Nous avons eu un temps splendide, la montagne du Lubéron se détachait sur le ciel bleu. Les couleurs forment des contrastes saisissant avec le vert de la végétation, des petits pins méridionaux, le brun des herbes sèches et des vignes au repos, le blanc de la neige recouvrant les Alpes du Sud dans le lointain.

pierres sèches et vignes en provenceclocher à Manosque un petit air de Giono

Le dépaysement est total lors d’une telle randonnée. Même en hiver on voit que c’est une région aride, sèche, où la végétation pousse avec peine. Les habitants des villages traversés nous ont recommandé d’être prudentes avec le feu malgré la saison, car la forêt provençale peut prendre feu à la moindre étincelle.

saint michel l'observatoire et les montagnes enneigées

La plus grosse difficulté de cette rando a été le froid. La nuit, le thermomètre est descendu à plusieurs reprises aux alentours de -8°. C’est très très froid quand en plus on est fatigué d’une journée d’effort. Je dormais dans mon nouveau duvet prévu pour aller à 1°, avec un duvet intérieur en polaire censé rajouter 15° de protection (5° je veux bien, mais le coup des 15°, faut pas non plus nous faire prendre des vessies pour des ampoules !), habillée chaudement avec écharpe bonnet et gants. Je pense que le plus gros problème de mon équipement venait du matelas. J’avais un matelas mousse Thermarest Z-Lite, qui a une capacité à renvoyer la chaleur très limitée. Du coup je sentais tout le froid remonter du sol, c’était assez terrible, je me suis vraiment gelée pendant les deux nuits où la température est beaucoup descendue.

Un bivouac en conditions hivernales

Au petit matin, le paysage est complètement givré, les vélos couverts de blanc. Le nylon de la tente s’est détendu, l’eau a gelé dans les bouteilles et il faut la casser pour préparer le thé. Nous nous changeons bien au chaud dans les duvets, rangeons les affaires malgré nos doigts gourds, et partons tout doucement sur les vélos. Au bout de quelques kilomètres, l’effort nous a réchauffées, nous faisons nos étirements, enlevons les grosses vestes et prenons le rythme pour la journée.randonnée à vélo dans le Lubéron

Nous avons rencontré peu de neige sur notre parcours, surtout dans des endroits peu exposés au soleil et interdits au voiture. Heureusement car progresser à vélo dans la neige c’est une vraie galère !

Avant de terminer la rando, nous avons donc décidé d’ajouter la petite boucle des Ocres, afin d’aller visiter le Colorado de Rustrel. C’était un excellente idée car ces paysages sont vraiment magnifiques. Un parking payant se trouve au début de la balade. Nous avns garé, gratuitement, nos bécanes, et le responsable du parking a accepté de garder un œil dessus pendant notre petite virée à pied. Par contre la signalisation n’est pas terrible du tout, nous nous sommes complètement perdues dans le bois, et à mon avis nous sommes allées nous promener dans des endroits normalement interdits au public. Les images sont fantastiques, impression d’être dans un film d’aventures et d’exploration 🙂

Balade dans les ocres du Colorado de RustrelA la fin du voyage, nous sommes rentrées chez nous crevées, mais vraiment contentes. Nous avons fait un plein d’air pur et de belles images qui nous a accompagné pendant longtemps.

Vive le cyclotourisme

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s